L’innovation multimodale pour concevoir des modèles de vie et de production durables

 

L’Auvergne est définie par des caractéristiques spécifiques (une taille humaine, sa qualité de vie, ses écosystèmes naturels préservés, etc.) qui constituent son identité territoriale et qui doivent être prises en compte dans la formulation de ses réponses aux enjeux socio-économiques du 21e siècle. Ce point est particulièrement important en ce qui concerne ses valeurs exprimées dans plusieurs études, centrées sur l’homme et l’environnement (des facteurs importants qui intégrent le bien-être et la qualité de vie) et devrait garantir l’adhésion et la mobilisation de tous les acteurs du territoire.

En se fondant sur ce constat, l’ambition de CAP 20-25 est de promouvoir un concept d’excellence axé sur la conception de modèles de vie et de production durables. Grâce à sa taille humaine, à son cadre exceptionnel et, surtout, à la nature des entreprises locales (comme Michelin, Limagrain, et les sociétés impliquées dans les clusters de santé), Clermont-Ferrand se révèle être un site unique pour atteindre cet objectif.

Les thèmes que nous souhaitons aborder au sein de ce concept général, comme le développement et la production durables, la qualité de vie des populations humaines, la préservation de l’environnement et l’adaptation aux risques naturels, sont par nature complexes. Pour trouver des solutions, un grand nombre de questions et une diversité de points de vue doivent être pris en compte. Cette démarche requiert donc une méthodologie spécifique basée sur “l’innovation multimodale”, qui inclue des approches associant la pluralité disciplinaire, de partenariats et de performances :

  • Des approches multi-disciplinaires: Par exemple, les projets destinés à améliorer la qualité de vie requièrent des compétences en biologie (physiologie, nutrition, médecine) pour traiter des questions de santé mais aussi en sciences sociales afin d’analyser la qualité de vie perçue. Au lieu d’additionner simplement des données isolées issues de plusieurs disciplines, ces projets vont combiner des études communes, permettant ainsi une perception plus approfondie par le biais d’une approche interdisciplinaire (un objectif clé pour la compréhension ou la résolution de problèmes dont les solutions dépassent le champ d’une seule discipline ou d’un seul domaine de recherche). La taille relativement modeste du site universitaire clermontois facilite l’interaction entre les différentes disciplines, dans la mesure où les unités de recherche sont toutes à proximité les unes des autres. Pour l’heure, plusieurs projets majeurs sur le site associent l’expertise de différentes disciplines (par exemple l’économie et les sciences animales ou végétales, l’ingénierie et les sciences sociales). Un changement majeur consistera à accélérer cette approche interdisciplinaire.
  • Des approches multipartites : La création de liens entre de petites entités (groupes de recherche, entreprises, associations, etc.) pour tendre vers les mêmes objectifs, s’est avérée particulièrement efficace pour s’adapter à des environnements variables (par exemple, à de nouvelles contraintes environnementales ou économiques, ou à de nouvelles attentes de la société). Du reste, les problèmes complexes ne peuvent pas être résolus par une seule et même approche scientifique ; ils nécessitent une approche multipartite impliquant une mise en commun des connaissances scientifiques et non scientifiques. Les living labs (à savoir les écosystèmes d’innovation ouverte axés sur l’utilisateur) offrent des opportunités uniques pour ces échanges. CAP 20-25 va s’appuyer sur les partenariats existants avec les principaux acteurs économiques de la région et explorera de nouvelles formes de partenariats telles, que les structures partagées public-privé, les consortiums entre les PME et les groupes de recherche, et les living labs.
  • Des approches multi-performances : Comme indiqué précédemment, les problèmes complexes associent toujours de nombreuses questions. Ainsi, chaque solution pour résoudre ces problèmes devrait tenir compte de données nombreuses et variables, qui ne sont pas nécessairement liées les unes aux autres. Notre concept de vie et de production durables ne revêt donc pas uniquement une dimension scientifique, mais aussi des dimensions économiques, environnementales et sociétales. Voilà les trois piliers en matière de durabilité que tous les livrables de notre projet doivent respecter.