Les risques naturels catastrophiques et la vulnérabilité socio-économique

La gestion des risques de catastrophes requiert une analyse des facteurs de causalité de catastrophes ainsi que de la vulnérabilité des environnements considérés. Dans le contexte particulier des pays en développement, les vulnérabilités sont multidimensionnelles et très impactées par les choix effectués dans les sphères socio-économique et politique. En se fondant sur leur expertise reconnue dans l’étude des risques volcaniques et de la vulnérabilité économique, les protagonistes de CAP 20-25 appliqueront le concept d’Innovation Multimodale et développeront une approche intégrative et originale à la réduction des risques de catastrophes. Cette approche regroupera une palette d’acteurs et de compétences relevant des Sciences de la Terre, des Mathématiques, des Sciences Humaines et Sociales, afin d’aborder des questions liées à l’évaluation quantitative des risques naturels, à la caractérisation de vulnérabilités socio-économiques et à l’élaboration de stratégies d’atténuation des risques et de capacité de résilience pour les parties prenantes. L’ambition globale est de placer Clermont-Ferrand en première ligne de la recherche sur la réduction des catastrophes naturelles (en particulier les épisodes volcaniques) qui empêchent le développement durable, en particulier dans les pays en développement. Pour ces pays, la nécessité d’intégrer la réduction des risques de catastrophes en tant qu’objectifs de développement durable est primordiale.

Notre ambition est de créer à Clermont-Ferrand un centre de classe mondiale en matière de développement de capacité et de recherche sur la réduction des risques de catastrophes (Le Centre des Risques de Clermont), en commençant par mettre fortement l’accent sur les dangers volcaniques dans les pays en développement. Ce centre innovant développera et coordonnera des activités de recherche et de sensibilisation dont les objectifs seront les suivants: (I) produire et diffuser la recherche multidisciplinaire sur la réduction des risques de catastrophes, (II) contribuer au développement de la capacité de la réduction des risques de catastrophes, et (III) faciliter l’échange des connaissances entre les chercheurs universitaires, les décideurs politiques et les autres parties prenantes.

A terme, le Centre des Risques de Clermont sera reconnu en tant que centre européen de premier plan pour le développement de capacité et de recherche en réduction des risques volcaniques, et plus largement en tant qu’acteur clé pour la réduction des risques de catastrophes. Une partie de son activité deviendra financièrement auto-suffisante grâce aux appels d’offres de consortiums inter-disciplinaires ainsi qu’au financement provenant de gouvernements, de l’industrie, du secteur humanitaire et des organisations internationales (Nations Unies, Organisation Mondiale de la Santé, etc.). Des activités d’échange de connaissances dans le secteur privé seront également développées. La communauté scientifique locale améliorera son excellence par le renforcement de la dimension appliquée de ses projets de recherche. Une attention particulière sera portée aux brevets et aux créations de start-ups dans le domaine des capteurs et des stratégies de surveillance des risques de catastrophes. L’accent sera aussi mis sur la mobilisation de ressources venant du secteur privé, y compris de banques privées et de sociétés d’assurances.

You Might Also Like